L’art dans l’accompagnement au travail

Isabelle Schenkel a été interviewée lors d’une formation donnée à des coachs et formateurs en entreprise, ce printemps à Moscou.

  1. Pourquoi allier le business et l’art ? Comment cela fonctionne ?

Dans les deux cas, il y a une tâche, une performance à accomplir et cela demande une réelle implication. Autant dans l’art que dans le monde de l’entreprise, il est important de s’investir dans une pratique qui a du sens et qui réponde à des exigences. Je voudrais compléter la notion d’art avec celle de jeu qui est essentiel dans mon travail. Le jeu permet aux êtres humains d’interagir avec leur environnement. L’individu joue avec, il traite avec… Il doit être capable de « réaliser une production » à partir de ces allers-retours  entre soi et l’autre.

  1. Parmi les approches existantes, pourquoi avez-vous choisi de travailler avec l’art dans le champ de l’accompagnement humain ?

Avec l’art, il n’y a plus seulement deux personnes en présence. Il y a aussi cet autre que représente la création vers laquelle le coach et le coaché peuvent se tourner. La production artistique offre toujours son lot de surprises et d’inattendus. La surprise a lieu grâce à la confrontation avec le matériau, grâce à l’action et au processus décisionnel et affectif qu’elle déclenche. Le processus de création permet de penser avec les mains, d’impliquer le corps, le corps pensant. « Knowing by doing », c’est ce que j’aime avec l’art.

  1. Les personnes en entreprise sont très concrètes, comment peuvent-elles trouver de la valeur dans un acte qui n’a pas d’utilité pratique ?

Avec ce que j’ai déjà mentionné, nous nous sommes aperçus que l’art peut être très concret et pratique. Il est important de différencier l’aspect concret, de la question de l’utilité. Un professionnel saisit parfaitement la notion de « knowing by doing ». Il sait qu’accomplir une tâche est essentiel pour la comprendre. La nuance à saisir est que l’expérience de création se joue aussi à un niveau métaphorique. Autrement dit, la personne crée des symboles ou traverse des expériences qui la renseignent sur la façon dont elle gère les situations et traite avec autrui.

Bien que l’intention de l’art ne soit pas d’être utilitaire – une sculpture n’est pas une machine à café – le processus de création est très concret et offre de véritables réponses sur le comment agir. La personne ou l’équipe coachée vient chercher un soutien pour faire évoluer la perspective sur sa situation, une aide pour mieux naviguer dans son environnement quotidien et s’ancrer dans ses ressources. Le processus de création offre un terrain formidable pour expérimenter ces différents aspects.

Commentaires